Archives pour la catégorie Hors catégorie

Editorial

QUANTIFIED RESULTS OF FRENCH ENVIRONMENTAL POLICY: UNQUESTIONABLE PROGRESS AND PRACTICES TO BE MODIFIED IN DEPTH

In 2016 the OECD published its third Environmental Examination of France, following those published in 1997 and 2005. In conjunction with other sources of information, it provides an opportunity to take stock of the results of French environmental policy.

France catching up

Until the mid-2000s, French environmental policy was unambitious (although some elements have been in place since the 1970s). A significant example concerning the property and construction industry: the European Directive No 2002/91/EC on the energy efficiency of buildings was published on 16 December 2002. Nearly four years later, in early 2006, no text implementing the Directive had been published in France. The gap vis-à-vis notably the Northern Europe countries and Germany was therefore considerable.

Increasing awareness of the environment was demonstrated in France in 2007 with the productive negotiation of the Grenelle Environment Forum[1] between the state, local authorities, employers, trade unions and environmental associations. The process lead to the two founding laws of the French environmental policy and its many implementing regulations: the Grenelle 1 law No 2009-967 of 3 August 2009 and the Grenelle 2 law No 2010-788 of 12 July 2010. We emphasized the importance of this new legislative framework and this new context in our editorial of August 2011.

If the same symbolic example is taken, the French regulations implementing the second European Directive No 2010/31/EU of 19 May 2010 on the energy efficiency of buildings were mostly published quickly, some being issued even before the apparition of the directive. In this field of action, the gap with Germany was significantly reduced.

After this legislative progress in 2009-2010, further progress was made in 2015-2016. Two major pieces of legislation were enacted: law No. 2015-992 of 17 August 2015 on the energy transition and law No. 2016-1087 of 8 August 2016 on biodiversity. Our editorial of September 2015 highlighted the strategic nature of the law on the energy transition. In this context, the Paris Agreement of 12 December 2015 in the framework of the COP 21, which, for the first time, defines a global action framework for the fight against climate change, is notably a success for French diplomacy.

Positive results

We will focus our concise analysis of the OECD report on quantified results, which mostly involve changes between 2000 and 2012/14, that is to say essentially before the impact in the field of the four laws voted in 2009-2010 and 2015-2016.

Positive results are highlighted by the OECD.

First major success: the decoupling of GDP growth and emissions of greenhouse gas emissions (GHG) has been initiated. The country undertook in Kyoto to stabilize GHG emissions between 1990 and 2012, and in fact reduced them. The French economy is a low carbon economy, but remember that this result is primarily due to the weight of nuclear power in electricity production.

Other tangible results: the public budgets for research development for renewable energy and energy efficiency have greatly increased, as well as the number of patents for technology relating to the fight against climate change and the number of SMEs who are holders of the environmental certification ISO 14001.

Several major French companies are world leaders in the fields of water, waste management and clean technology. In the field of new construction, the 2012 thermal regulations are amongst the most ambitious in the world. Concerning biodiversity, the number of protected areas has increased and budgets have been significantly increased.

The OECD also underlines the potential impact of the laws voted in 2009-2010 and 2015-2016.

Acute deficiencies

However, the OECD points out the extent of the deficiencies that need to be addressed. The target of 23% renewable energy in 2020 in final energy consumption will not be met, the instability of regulations being one of the causes. Efforts must now concern the hyper ambitious objective of a renewable energy share of 32% in 2030.

Practices of three sectors must be profoundly changed: intensive agriculture, which results in particular in a sharp increase in the use of pesticides and water pollution, the automotive sector which is a major consumer of diesel, the property and construction sector that is slow to improve the existing stock whose energy consumption is increasing.

Property and construction are also stakeholders in the artificialisation of soil, which rose alarmingly, and in the increasing amount of waste, of which three quarters are from construction.

The progress to be made also affects biodiversity: three quarters of the habitats of European community interest and more than half of the species of European community interest have an unfavourable conservation status.

A last alarming point: the weight of environmental taxation in the economy decreased during the period.

Defenders of the status quo

The magnitude of the resistance to change shows that we are seeing a real and profound change in the ways of production, of consumption, of use and of life, and not a simple « greening » of the economy.

The global synthetic benchmark of environmental policies established in 2016 by the Bertelsmann Foundation ranks France in 14th place in a set of 41 developed countries, far behind the countries of Northern Europe, Germany and Switzerland, after the United Kingdom but ahead of Italy and Spain, and well ahead of the United States and Canada. The Foundation highlights the significant presence of lobbying in resistance to change in France.

The status quo is indeed defended by powerful lobbies, the nuclear lobby, the agriculture lobby, the car lobby, and the inaction of a large number of (big and small) leaders of the property and construction sector.

An irreversible trend

But the movement is irreversible. The United States and China, which account for nearly 40% of global GHG emissions, have ratified the Paris agreement of the COP 21. Big investors (Bank of America, AXA, Société Générale …) are withdrawing from coal.

The Hague district court sentenced the Dutch state on 24 June 2015, following a complaint by the environmental association Urgenda, for not achieving reduction targets for GHG emissions.

The prosecutor of the State of New York sued ExxonMobil on 4 November 2015, for lobbying to hide the results of scientific research on climate change and for inadequate information to shareholders on the risks associated with business activities in the area of fossil fuels. Peabody Energy, the largest US coal producer, has been in a similar court case for the last two years.

Concrete actions in the territories

Laws are only one side of the story. The quantified results of environmental policy are essentially the outcome of concrete actions in the territories, connecting and uniting motivations of local politicians, (big and small) business leaders, associations and citizens against the lobbies.

Despite the currently fashionable pessimism displayed by the majority of politicians, intellectuals and the media, practical men and women are moving forward in a very encouraging way. I would take just one example, in the most difficult field of energy transition in the real estate sector, the energy renovation of existing housing stock. The vitality of some French regional initiatives (Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne Franche-Comté, Grand-Est, Hauts-de-France, Normandy) described in the report on New Dynamics of Housing Renovation by the French Sustainable Building Plan is astonishing.

[1]  Grenelle Street is the street in Paris where the Ministry of Labour is located. In this Ministry, the “Grenelle negotiations” were held between government, employers and trade unions after the May1968 workers’ and students’ general strike.

Editorial

RESULTATS CHIFFRES DE LA POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE DE LA FRANCE : DES PROGRES INDENIABLES, DES PRATIQUES A MODIFIER EN PROFONDEUR

L’OCDE a publié en 2016 son troisième Examen Environnemental relatif à la France, après ceux de 1997 et de 2005. En complétant avec d’autres informations, c’est l’occasion de faire un point sur les résultats de la politique environnementale de la France.

Rattrapage du retard français

Jusqu’au milieu des années 2000, la politique environnementale de la France est peu ambitieuse (même si certains éléments en ont été définis dès les années 70). Un exemple, relatif au secteur du bâtiment, significatif parmi d’autres : la directive européenne n° 2002/91/CE relative à l’efficacité énergétique des bâtiments est publiée le 16 décembre 2002. Près de quatre ans plus tard, début 2006, aucun texte de mise en œuvre de la directive n’est publié en France. Le retard en particulier vis-à-vis des pays de l’Europe du Nord et de l’Allemagne est alors très important.

L’éveil environnemental de la France se produit en 2007 avec la négociation inédite et productive du Grenelle de l’Environnement entre l’Etat, les collectivités territoriales, le patronat, les syndicats et les associations environnementales. Le processus débouche sur les deux lois fondatrices de la politique environnementale française et leurs nombreux textes d’application: la loi Grenelle 1 n° 2009-967 du 3 août 2009 et la loi Grenelle 2 n° 2010-788 du 12 juillet 2010. Nous avions souligné l’importance de ce nouveau cadre législatif et de ce nouveau contexte dans notre éditorial d’août 2011.

S’il l’on reprend le même exemple symbolique, les textes d’application français de la seconde directive européenne n° 2010/31/UE du 19 mai 2010 sur l’efficacité énergétique des bâtiments sont pour la plupart publiés rapidement, certains l’étant même avant la directive. Dans ce domaine d’action, l’écart avec l’Allemagne diminue sensiblement.

Après cette avancée législative en 2009-2010, une deuxième avancée législative a lieu en 2015-2016. Deux grands textes législatifs ont été promulgués : la loi n°2015-992 du 17 août 2015 sur la transition énergétique et la loi n°2016-1087 du 8 août 2016 sur la biodiversité. Notre éditorial de septembre 2015 avait mis en avant le caractère stratégique de la loi sur la transition énergétique. Dans ce contexte, l’accord de Paris du 12 décembre 2015 dans le cadre de la COP 21, qui définit pour la première fois un cadre d’action mondial de lutte contre le dérèglement climatique, est notamment un succès de la diplomatie française.

Des résultats positifs

Nous allons centrer la synthèse de notre analyse du rapport de l’OCDE sur des résultats chiffrés, qui la plupart du temps portent sur l’évolution entre 2000 et 2012/14, c’est-à-dire pour l’essentiel avant l’impact sur le terrain des quatre textes législatifs des périodes 2009-2010 et 2015-2016.

Des résultats positifs sont mis en avant par l’OCDE.

Premier succès important : le découplage entre l’évolution du PIB et les émissions des gaz à effet de serre (GES) est amorcé. Le pays avait pris l’engagement à Kyoto de stabiliser les émissions de GES entre 1990 et 2012, il les a diminuées. L’économie française est une économie sobre en carbone, mais rappelons que ce résultat est avant tout dû au poids du nucléaire dans la production d’électricité.

Autres résultats tangibles : les budgets publics de recherche développement en faveur des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique ont fortement augmenté, ainsi que la quantité de brevets relatifs aux technologies de lutte contre le dérèglement climatique et le nombre de PME titulaires de la certification environnementale ISO 14 001.

Plusieurs grandes entreprises françaises sont des leaders mondiaux dans les champs de l’eau, de la gestion des déchets et des technologies propres. Dans le secteur de la construction neuve, la réglementation thermique 2012 est une des plus ambitieuses de la planète. Dans le domaine de la biodiversité, le nombre d’aires protégées a progressé et les budgets ont été fortement accrus.

L’OCDE rappelle aussi, pour le futur, le fort potentiel d’application sur le terrain que représentent les textes de mise en œuvre des 4 lois des périodes 2009-2010 et 2015-2016.

De fortes insuffisances

Mais l’OCDE montre l’ampleur des insuffisances à combler. L’objectif de 23% des énergies renouvelables en 2020 dans la consommation finale d’énergie ne sera pas atteint, l’instabilité des dispositions réglementaires en étant une des causes. La mobilisation doit maintenant concerner l’objectif, hyper ambitieux, d’une part des énergies renouvelables de 32 % en 2030.

Les pratiques de trois secteurs doivent être profondément modifiées : l’agriculture intensive, qui se traduit notamment par une forte augmentation de l’utilisation des pesticides et une pollution des eaux, le secteur automobile très fortement utilisateur du diesel, l’immobilier qui tarde à améliorer le parc existant dont les consommations d’énergie augmentent.

L’immobilier et le bâtiment sont également parties prenantes dans l’artificialisation des sols, qui progresse de façon inquiétante, et l’augmentation de la quantité des déchets produits, dont les trois quarts proviennent de la construction.

Les progrès à accomplir concernent aussi la biodiversité : les trois quarts des habitats d’intérêt communautaire et plus de la moitié des espèces d’intérêt communautaire sont dans un état de conservation défavorable.

Dernier point alarmant : le poids de la fiscalité écologique dans l’économie diminue durant la période.

Les défenseurs du statu quo

L’ampleur de la résistance au changement montre que nous sommes sur un changement réel et profond des modes de production, de consommation, d’usage et de vie, et non d’un simple « verdissement » de l’économie.

Le benchmark mondial synthétique des politiques environnementales établi en 2016 par la Fondation Bertelsmann classe la France au 14ème rang dans un ensemble de 41 pays développés, loin derrière les pays d’Europe du Nord, l’Allemagne et la Suisse, après le Royaume-Uni, mais devant l’Italie et l’Espagne, et nettement devant les États-Unis et le Canada. La Fondation rappelle le poids d’importants groupes de pression dans la résistance au changement en France.

Le statut quo est en effet défendu par de puissants lobbies, le lobby nucléaire, le lobby agricole, le lobby automobile, et par l’immobilisme, dans les faits, d’une grande partie des responsables (grands et petits) de l’immobilier et du bâtiment.

Un mouvement irréversible

Mais le mouvement est irréversible. Les États-Unis et la Chine, qui représentent près de 40% des émissions mondiales de GES, ont ratifié l’accord de Paris de la COP 21. De grands investisseurs (Bank of America, AXA, Société Générale…) se désengagent du charbon.

La cour du district de La Haye a condamné l’Etat néerlandais le 24 juin 2015, sur plainte de l’association environnementale Urgenda, pour non atteinte des objectifs de diminution des émissions de GES.

Le procureur de l’Etat de New-York a assigné ExxonMobil le 4 novembre 2015 pour activité de lobbying visant à masquer les résultats des recherches scientifiques sur le changement climatique et pour information insuffisante des actionnaires sur les risques liés aux activités de l’entreprise dans le domaine des énergies fossiles. Peabody Energy, le plus important producteur de charbon des Etats-Unis, fait l’objet depuis deux ans d’une procédure similaire.

Actions concrètes dans les territoires

Les lois ne constituent qu’un cadre. Les résultats chiffrés de la politique environnementale sont essentiellement la conséquence d’actions concrètes menées dans les territoires, articulant, face aux lobbies, les motivations d’élus locaux, de dirigeants d’entreprises, grands et petits, d’associations et de citoyens.

Malgré le pessimisme de bon ton affiché par la majorité de la classe politique, des intellectuels et des médias, les hommes et les femmes de terrain avancent de façon très encourageante. Je ne prendrais qu’un seul exemple, dans le champ le plus difficile de la transition énergétique dans l’immobilier, celui de la rénovation énergétique du parc de logements existants. La vitalité des initiatives régionales (Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche Comté, Grand-Est, Hauts de France, Normandie…) décrites dans les contributions au rapport Nouvelles dynamiques de la rénovation des logements du Plan Bâtiment Durable est étonnante.

Editorial September 2015

ENERGY TRANSITION: FRANCE AMONG THE LEADERS

After a year of sometimes heated debate in French Parliament, law n° 2015-992 on « Energy transition for green growth » was enacted on August 17, 2015. It is a very important step on the long road to energy transition from fossil and fissile energies towards renewable energies.

1 / This law is a great strategic law, as important as the laws n° 2009-967 of 3 August 2009 and n°2010-788 of 12 July 2010, called “Grenelle[1] laws” 1 and 2, which founded the French policy on environment and sustainable development. It updates, clarifies and amplifies law n°2005-781 of 13 July 2005 laying down guidelines for the energy policy program.

The law defines the French strategy for low carbon, resources and air pollution for 2050, specifying the 2020 and 2030 steps. It reflects the shift in carbon policy of a country that was too focused on energy, in contrast to states such as the UK, Scandinavian countries or California.

The law is made up of eight parts. The first part sets objectives. The second and third parts specify the scope of transformation of two sectors with particularly high CO2 emissions: construction and transport. The fourth part deals with the circular economy which is « to outdo the linear economic model of extracting, producing, consuming and discarding, calling for a sober and responsible consumption of natural resources and primary commodities ». The parts 5, 6 and 7 organize the development of renewable energy, limitation and safety of nuclear energy, the operation of networks and markets. Part 8 specifies steering and implementation of the policy, under the responsibility of the regions and urban agglomerations.

2 / It is an ambitious law that reinforces the low carbon EU strategy. Before the Paris Conference on Climate in December 2015, Europe has set the most ambitious low-carbon policy, compared to those implemented by the United States, China or India, even if those countries are now specifying higher objectives. The law puts France among the most advanced European countries.

The goals are ambitious: to divide emissions of greenhouse gases by four between 1990 and 2050, with a decline of 40% by 2030, to reduce final energy consumption by 50% in 2050 compared to 2012 with a reduction of 20% by 2030, to reduce primary energy consumption of fossil fuels by 30% by 2030, to increase the share of renewable energies in final energy consumption to 32% in 2030, with an interim target of 23 % in 2020 (compared to 14% today), to limit the share of nuclear in electricity production to 50% in 2025 (compared to 75% today). Other objectives relate to a sharp decrease in the production of waste and air pollution.

Moreover, the law sends a strong signal to investors by amplifying the current carbon tax to achieve a value of a tonne of carbon of 56 € in 2020 and 100 € in 2030.

For real estate and construction, the prospect is « to have a stock where all buildings are renovated to the « low consumption building » standards or similar by 2050 « , with the will to reduce energy consumption in the non-residential portfolio by at least 60% between 2010 and 2050 and to renovate 500,000 homes a year from 2017.

All dwellings which consume more than 330 kWh of primary energy per year and per m² will have to be renovated by 2025. Owners never renovate their buildings or their homes purely for energy reasons, but in the case of significant works (facelift, roof repair, construction of new rooms), an energy renovation will be « embedded » within the work.

Furthermore, in 2020, 70% of construction and public works waste should be recycled for use as materials.

3 / It is a law of motion. It defines a path for 35 years. It includes the means to monitor the achievement of objectives. Every 5 years, reviews of the implementation of low-carbon strategy and circular economy will be discussed in Parliament. The implementation of the National Waste Prevention Plan and the National Plan to reduce Air Pollution will be regularly assessed.

The law does not cover all the fields, it plans reports discussed in Parliament to engage other parts of the policy. For example, a report will be made on the issue of bonuses and penalties for landlords based on the energy performance of their property, another report will concern a comprehensive aid for buildings undergoing a complete project renovation, with evaluation of the energy performance of the works.

The law leaves the way open to experimentation, particularly in the context of the implementation of Air-Energy-Climate Plans by local authorities. It plans a strengthening of research and innovation.

4 / But the law is only a framework. The driving force behind the action is on the field in the articulation of territories, companies and citizens.

The region will play a strategic role. As stated by law, the region « constitutes the relevant level for coordinating studies, disseminating information and promoting actions for energy efficiency. » It « … promotes the establishment of regional platforms for energy renovation. » It is « the guarantor of a good match between the supply of training … and business needs. » The issue of professional skills is indeed central in the device.

The implementation is controlled by urban agglomerations, qualified by law as « coordinators of the energy transition. »

The law aims to give citizens, firms and territories “power to act together”. That is actually the key to the success of the energy transition.

The law is only a framework. The challenge is the mobilization of territories based on cooperation between local politicians, firms and citizens.

The movement is underway in several French regions: Rhône-Alpes, Nord-Pas de Calais, Alsace, Aquitaine, Bretagne, Centre, Franche-Comté, Basse-Normandie. In other regions, little is done or the action is limited to formal plans.

Regional dynamism or not, herein lies the key to the success of the energy transition.

[1] « Grenelle negotiations » between government, local authorities, employers, trade unions and non-governmental associations defined in 2007 the new French environmental national policy.  Grenelle Street is the street in Paris where the Ministry of Labour is located, where the “Grenelle negotiations” were held between government, employers and trade unions after the May 1968 workers’ and students’ general strike.

Editorial Septembre 2015

TRANSITION ENERGETIQUE : LA FRANCE EN POINTE

Après un an de débats, parfois houleux, au Parlement, la loi n° 2015-992 relative à « la transition énergétique pour la croissance verte » a été promulguée le 17 août 2015. Elle constitue une avancée très importante sur le long chemin de la transition énergétique des énergies fossiles et fissile vers les énergies renouvelables.

1/ C’est une grande loi stratégique aussi importante que les lois n° 2009-967 du 3 août 2009 et n° 2010-788 du 12 juillet 2010, dites lois Grenelle 1 et 2, qui ont fondé la politique française en matière d’environnement et de développement durable. Elle actualise, précise et amplifie la loi n°2005-781 du 13 juillet 2005 de programme fixant les orientations de la politique énergétique, dite loi POPE.

Elle définit la stratégie bas carbone, ressources et pollution de l’air 2050 du pays en précisant les échéances 2020 et 2030. Elle traduit le virage carbone d’un pays qui avait trop centré sa stratégie sur l’énergie, à la différence d’Etats comme le Royaume-Uni, les pays scandinaves ou la Californie.

Elle comporte huit titres. Le premier titre fixe les objectifs. Les 2ème et 3ème titres précisent le cadre de transformation de deux secteurs particulièrement émetteurs de CO2, le bâtiment et les transports. Le 4ème titre est consacré à l’économie circulaire  qui vise « à dépasser le modèle économique linéaire consistant à extraire, fabriquer, consommer et jeter en appelant à une consommation sobre et responsable des ressources naturelles et des matières premières primaires ». Les titres 5, 6, 7 organisent le développement des énergies renouvelables, la limitation et la sûreté du nucléaire, le fonctionnement des réseaux et marchés. Le titre 8 précise le pilotage et mise en œuvre de la politique suivie, placée sous la responsabilité des régions et des établissements publics de coopération communale.

2/ C’est une loi ambitieuse qui conforte la stratégie bas carbone de l’Union Européenne. Avant la conférence de Paris sur le climat, l’Europe a défini la politique bas carbone la plus ambitieuse, comparée à celles engagées par les Etats-Unis, la Chine ou l’Inde, même si ces pays sont en train de définir des objectifs de plus en plus élevés. La loi place la France parmi les pays européens les plus avancés.

Les objectifs sont très ambitieux : diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2050, avec une baisse de 40% d’ici 2030, diminuer la consommation énergétique finale de 50% en 2050 par rapport à 2012, avec une baisse de 20% d’ici 2030, diminuer la consommation énergétique primaire des énergies fossiles de 30% d’ici 2030, porter la part des énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie à 32% en 2030, avec un objectif intermédiaire de 23% en 2020 (contre 14% aujourd’hui), limiter la part du nucléaire à 50% dans la production de l’électricité en 2025 (contre 75% aujourd’hui). D’autres objectifs concernent une forte diminution de la production de déchets et des émissions de polluants atmosphériques.

Par ailleurs, la loi envoie un signal fort aux investisseurs en amplifiant la taxe carbone actuelle pour parvenir à une valeur de la tonne de carbone de 56€ en 2020 et de 100€ en 2030.

Pour l’immobilier et le bâtiment, la perspective est « de disposer d’un parc immobilier dont l’ensemble des bâtiments sont rénovés en fonction des normes « bâtiment basse consommation » ou assimilées, à l’horizon 2050 », avec la volonté de diminuer la consommation énergétique du parc tertiaire d’au moins 60% entre 2010 et 2050 et de rénover 500 000 logements par an à partir de 2017.

Tous les logements de diagnostic de performance énergétique F et G devront être rénovés d’ici 2025. Les propriétaires ne rénovent jamais leur bâtiment ou leur logement pour des raisons uniquement énergétiques, mais dans le cas de travaux significatifs (ravalement, réfection de toiture, aménagement de pièces), une rénovation énergétique devra être « embarquée » avec ces travaux.

Par ailleurs, en 2020, 70 % des déchets du bâtiment et des travaux publics devront être valorisés sous forme de matière.

3/ C’est une loi du mouvement. Elle définit un chemin pour 35 ans. Elle se donne les moyens de suivre la réalisation des objectifs. Tous les 5 ans, des bilans de la mise en œuvre de la stratégie bas carbone et de l’économie circulaire sont présentés et discutés au Parlement. La réalisation du plan national de prévention des déchets et du plan national de réduction des émissions de polluants atmosphériques est régulièrement évaluée.

La loi ne couvre pas tous les champs, elle prévoit la réalisation de rapports discutés au Parlement pour engager d’autres volets de la politique. Par exemple, un rapport sera fait sur la question d’un bonus-malus pour les propriétaires bailleurs établi en fonction de la performance énergétique de leur bien, un autre rapport concernera une aide globale pour les bâtiments faisant l’objet d’un projet complet de rénovation, avec évaluation de la performance énergétique des travaux réalisés.

La loi laisse la voie ouverte à l’expérimentation, notamment dans le cadre de la mise en œuvre des plans climat-air-énergie par les collectivités territoriales. Elle prévoit un renforcement de la recherche et de l’innovation.

4/ Mais la loi n’est qu’un cadre. Le moteur de l’action est sur le terrain dans l’articulation des territoires, des entreprises et des citoyens.

La région joue un rôle stratégique. Comme l’indique la loi, la région « constitue l’échelon pertinent pour coordonner les études, diffuser l’information et promouvoir les actions en matière d’efficacité énergétique ». Elle « favorise … l’implantation de plateformes territoriales de la rénovation énergétique ». Elle est « garante de la bonne adéquation entre l’offre de formation … et les besoins des entreprises ». La question des compétences des professionnels est en effet centrale dans le dispositif.

La mise en œuvre est pilotée par les établissements publics de coopération communale, qualifiés par la loi de « coordinateurs de la transition énergétique ».

La loi vise à donner aux citoyens, aux entreprises et aux territoires « le pouvoir d’agir ensemble ». Là est effectivement la clé du succès de la transition énergétique.

La loi n’est qu’un cadre. L’enjeu est la mobilisation des territoires fondée sur la coopération entre élus locaux, entreprises et citoyens.

Le mouvement est en cours dans plusieurs régions : Rhône-Alpes, Nord-Pas de Calais, Alsace, Aquitaine, Bretagne, Centre, Franche-Comté, Basse-Normandie. Dans d’autres régions, le mouvement avance peu ou se limite à des plans formels.

Dynamisme régional ou pas, là est la clé de la réussite de la transition énergétique.

Editorial September 2014

THE ENERGY TRANSITION AND THE THIRD INDUSTRIAL REVOLUTION IN FRANCE

 

On July 30th 2014 the French Council of Ministers adopted a bill on « the energy transition for green growth. »[1] The text will be discussed and amended, then passed by Parliament in 2015.

This is a project that is going in the right direction.

The goals are ambitious:

– Lower the share of nuclear power in electricity generation to 50% by 2025, compared to 75% in 2012,

– 40% reduction in emissions of greenhouse gases by 2030, leading to a 75% reduction by 2050, compared to levels in 1990,

– 50% reduction in final energy consumption by 2050, compared to 2012 consumption,

– Reduce final energy consumption of fossil fuels by 30% by 2030, compared to 2012,

– Increase the share of renewable energy to 23% of energy consumption in 2020, and 32% in 2030, compared to 14% in 2012,

– 50% reduction in waste accepted at storage facilities in 2025, compared to 2010, reuse or recycle 70% of construction waste in 2020.

The first part of the bill deals with the priority for energy efficiency in buildings, transport and the development of the circular economy.

For buildings, the main innovation is the requirement to significantly improve energy efficiency whenever major work is done (façade cleaning, re-roofing, attic conversions, etc.). As households rarely have work done purely to improve energy efficiency, the idea of combining energy-saving measures with ordinary maintenance or home improvement work is excellent.

Low energy consumption and low CO2 emitting transport is favoured: clean vehicles, infrastructure for plug-in electric and hybrid vehicles, development of advanced biofuels, carpooling, transport and distribution for supermarkets, driving bans for poor air quality.

The circular economy is endorsed for encouraging innovation in product design, integrating an extended lifespan early in the design process. It favours recycling and cooperation between firms: what is waste for one company is raw materials for another.

The second part of the project aims to diversify the energy mix by strongly promoting renewable energy (biomass, solar, wind, etc.) and enhancing their effectiveness in the existing power grid. For nuclear power, safety and the supply of  information to citizens are further improved.

The third part deals with the governance of the system. The operating principle is sound: « turn your back on a top-down system dominated by a few experts and policy makers, in favour of a transparent co-implementation of policy guidelines »[2].

The energy mix is set up in the framework of one long-term program for energy. The nuclear energy production capacity is capped at its current level (63.2 GW). The government commissioner on the board of Electricité de France (EDF) may oppose an investment decision inconsistent with the long-term program for energy.

The territorial dimension is crucial: the regions are leaders in energy efficiency. They implement regional climate-air-energy plans and promote territorial platforms for energy renovation of buildings.

Some have criticized the bill, particularly because it makes a compromise with the nuclear lobby. France has the most powerful nuclear lobby in the world (by far). It is therefore difficult to avoid compromising with such a lobby!

The important thing is the start of a movement in the right direction. But we must be clear about the current movement. The Explanatory Memorandum suggests that the project promotes a new development without contradictions (it « aims to engage the entire country on the path of green growth that creates wealth, sustainable employment and progress[3] ») and indicates that the project is part of a « harbinger of a possible third industrial revolution[4] » movement.

No, this development is not without contradictions and the third industrial revolution has already begun.

The economist Joseph Schumpeter was able to analyse capitalism as a “continuous hurricane” with innovation as an engine, sometimes accelerating to create industrial revolutions[5]. The first industrial revolution, based on steam power, began in the late eighteenth century and took place during much of the nineteenth century. The second industrial revolution, based on hydrocarbons and electricity, began in the late nineteenth century and expanded during the twentieth century.

The third industrial revolution began in the late twentieth century, is based on clusters of radical innovations articulating new information technology, energy and the environment. It will be implemented throughout the twenty-first century[6].

To understand these times of profound change, Schumpeter offers the bright concept of « creative destruction », destruction of an ancient world, creation of a new world.

The implementation of the future French law on « energy transition for green growth » must be part of a mobilizing and public-spirited project, which cannot avoid the process of creative destruction.

A movement of destruction and creation of real estate values is under way, because property values will increasingly depend on energy efficiency and environmental performance[7].

The reality is the same for employment. A study simulated a scenario of energy transition in France by 2030[8]. This scenario plans 1.046,000 job losses (in new building construction, road transport, non-renewable energy, air transport) and expects 1,676,000 new jobs (in the renovation of buildings, renewable energy, public transport).

The challenge is a project which mobilizes territories and citizens, where job creation is significantly stronger than job destruction, where people, especially young people, gain new skills, and where new lifestyles, although using less energy, are more fulfilling than today.

Faced with this huge and exciting challenge, France cannot act alone. The energy and ecological transition will not occur in a narrow national framework, as proposed by some authors[9]. It will only be possible in a European context.

Better still, the energy and environmental transition is an opportunity for a crisis exit in Europe[10], before its dialogue with other continents at the United Nations Climate Change Conference, to be held in Paris in December 2015.

 

[1]                     See Explanatory Memorandum and Bill – in French – adopted by the Council of Ministers on 2014 July 30.

[2]                     Explanatory Memorandum of the bill, page 9.

[3]                     Explanatory Memorandum of the bill, page 1.

[4]                     Explanatory Memorandum of the bill, page 4.

[5]                     J. Schumpeter. The theory of economic development (1911), Transaction Publishers, New Jersey, 2004.

[6]                     J. Carassus. Immobilier et bâtiment : valeur, développement durable et 3ème révolution industrielle. Réflexions immobilières IEIF n°66, 4th trimester 2013.

[7]                     See the significant impact of the level of the Energy Certificates on the price of individual homes in not tight housing markets in France Valeur verte des logements d’après les bases notariales, Notaires de France, Dinamic, 2013.

[8]                     P. Quirion. L’effet net sur l’emploi de la transition énergétique en France : une analyse input-output du scénario négaWatt, CIRED, Nogent sur Marne, 2013.

[9]                     P. Murer. La transition énergétique, Editions Mille et une nuits, Paris, 2014.

[10]                   M. Aglietta, T. Brand, Un New Deal pour l’Europe, Odile Jacob, Paris, 2013, see especially in the concluding chapter, Le développement durable: nouvelle frontière de la croissance pour l’Europe. The authors, experts in money and finance, make an explicit link between recovery from the financial crisis and energy and environmental transition.

Editorial Septembre 2014

TRANSITION ENERGETIQUE ET TROISIEME REVOLUTION INDUSTRIELLE EN FRANCE

Le conseil des ministres a adopté le 30 juillet 2014 le projet de loi relatif à « la transition énergétique pour la croissance verte »[1]. Le texte sera discuté et amendé, puis voté par le Parlement en 2015.

C’est un projet qui va dans le bon sens.

Les objectifs sont ambitieux :

– baisser la part du nucléaire dans la production d’électricité à 50 % d’ici 2025, contre 75 % en 2012,
– réduire de 40 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, en vue d’une baisse de 75 % d’ici 2050, comparé aux émissions de 1990,
– diminuer de 50 % la consommation d’énergie finale d’ici 2050, comparé à la consommation de 2012,
– réduire la consommation d’énergie finale des énergies fossiles de 30 % d’ici 2030, comparé à 2012,
– porter la part des énergies renouvelables à 23 % de la consommation d’énergie en 2020, puis 32 % en 2030, contre 14 % en 2012,
– réduire de 50 % les déchets admis en installation de stockage en 2025, comparé à 2010, valoriser 70 % des déchets du bâtiment et des travaux publics en 2020.

La première partie du projet de loi concerne la priorité aux économies d’énergie dans le bâtiment, les transports et le développement de l’économie circulaire.

Pour le bâtiment, la principale innovation est l’obligation d’améliorer significativement la performance énergétique à chaque fois que des travaux importants sont réalisés (ravalement, réfection de toiture, aménagement de combles…). Les ménages ne font jamais de travaux d’économie d’énergie seuls, l’idée « d’embarquer » des travaux d’économies d’énergie à l’occasion de travaux ordinaires est excellente.

Les transports peu consommateurs d’énergie et peu émetteurs de CO2 sont favorisés : véhicules propres, infrastructures pour véhicules électriques et hybrides rechargeables, développement de biocarburants avancés, covoiturage, transports des entreprises de la grande distribution, interdiction de circulation en cas de mauvaise qualité de l’air…

L’économie circulaire est promue pour innover dans la conception des produits, en intégrant en amont la prolongation de leur durée de vie et en favorisant le recyclage et les complémentarités entre entreprises, qui font des déchets des unes la matière première des autres.

La seconde partie du projet vise à diversifier le mix énergétique en favorisant fortement les énergies renouvelables (biomasse, solaire, éolien…) et leur bonne articulation avec les réseaux électriques existants. Pour le nucléaire, la sécurité et l’information des citoyens sont renforcées.

La troisième partie porte sur la gouvernance du dispositif. Le principe d’action est sain : « tourner le dos à une conception verticale de l’élaboration des politiques publiques confisquée par quelques experts et décideurs, faire le choix de la transparence et d’une co-construction des orientations à mettre en œuvre »[2].

Le mix énergétique est mis en place dans le cadre d’une programmation pluriannuelle de l’énergie. La capacité de production nucléaire est plafonnée à son niveau actuel (63,2 GW). Le commissaire du gouvernement auprès d’EDF peut s’opposer à une décision d’investissement incompatible avec la programmation pluriannuelle de l’énergie.

La dimension territoriale est essentielle : les régions sont les chefs de file de l’efficacité énergétique. Elles mettent en œuvre des plans climat-air-énergie territoriaux et promeuvent des plateformes territoriales de rénovation énergétique des bâtiments.

Le projet ouvre un droit à l’expérimentation de boucles locales de production et de consommation d’énergie et de réseaux intelligents sur un territoire.

Certains ont critiqué ce projet de loi, en particulier parce qu’il fait un compromis avec le lobby nucléaire. La France a le lobby nucléaire le plus puissant du monde (et de loin). Il est difficile d’éviter de faire un compromis avec un tel lobby !

L’important est la mise en marche d’un mouvement qui va dans le bon sens. Mais il faut utiliser un langage de vérité sur le mouvement en cours. L’exposé des motifs laisse entendre que le projet favorise un nouveau développement sans contradictions (il « vise à engager le pays tout entier dans la voie d’une croissance verte créatrice de richesses, d’emplois durables et de progrès[3] ») et indique que le projet s’inscrit dans un mouvement « annonciateur d’une possible 3ème révolution industrielle[4] ».

Non, ce développement ne sera pas sans contradictions et la 3ème révolution industrielle a déjà commencé.

L’économiste Joseph Schumpeter a su analyser le capitalisme comme un « ouragan perpétuel » dont le moteur, l’innovation, s’accélère parfois pour mettre en œuvre des révolutions industrielles. La première révolution, fondée sur la vapeur, a débuté à la fin du XVIIIème siècle et s’est déroulée durant une grande partie du XIXème. La seconde, fondée sur le pétrole et l’électricité, a commencé à la fin du XIXème siècle et s’est développée durant le XXème[5].

La troisième révolution industrielle en cours, amorcée à la fin du XXème siècle, est fondée sur des grappes d’innovations radicales articulant les nouvelles technologies de l’information, l’énergie et l’environnement. Elle sera mise en œuvre tout au long du XXIème siècle[6].

Pour comprendre ces moments de profonde mutation, Schumpeter propose le concept de « destruction créatrice », destruction d’un monde ancien, création d’un monde nouveau.

La mise en œuvre de la future loi sur « la transition énergétique pour la croissance verte » sera fondée sur un mécanisme de destruction créatrice.

Un mouvement de destruction et de création de valeurs immobilières est en cours, car la valeur des immeubles va de plus en plus dépendre de leur performance énergétique et environnementale[7].

La réalité est la même pour l’emploi. Une étude a simulé un scénario de transition énergétique en France d’ici 2030[8]. Ce scénario envisage 1 046 000 destructions d’emplois (dans la construction neuve de bâtiment, le transport routier, les énergies non renouvelables, le transport aérien) et prévoit 1 676 000 créations d’emplois (dans la rénovation des bâtiments, les énergies renouvelables, les transports en commun et surtout des emplois induits dans l’ensemble des branches par la ré-allocation des sommes économisées).

L’enjeu est un projet de mobilisation des territoires, des professionnels et des citoyens, qui devra savoir gérer la décote de certains immeubles, la valorisation d’autres immeubles, et aussi les destructions d’emplois inéluctables et les créations d’emplois nouveaux. Le projet devra assumer une transformation profonde des compétences et une inflexion significative des modes de vie, plus sobres en énergie, mais sans doute en tendance plus agréables à vivre que ceux d’aujourd’hui.

Face à cet enjeu considérable et passionnant, la France ne peut pas agir seule. La transition énergétique ne pourra pas se faire dans un cadre étroitement national, comme le proposent certains auteurs[9]. Elle ne sera possible que dans un cadre européen.

Mieux, la transition énergétique constitue une opportunité de stratégie de sortie de crise pour l’Europe[10], au moment de son dialogue avec les autres continents, lors de la Conférence internationale de Paris sur le climat, en décembre 2015.

 

[1] [1] Voir exposé des motifs et projet de loi adopté par le conseil des ministres le 30 juillet 2014.
[2] Exposé des motifs du projet de loi, page 9.
[3] op cit, page 1.
[4] op cit, page 4.
[5] J. Schumpeter. Théorie de l’évolution économique (1911), Dalloz, Paris, 1935, mis en ligne par l’Université du Québec à Chicoutimi 
[6] J. Carassus. Immobilier et bâtiment : valeur, développement durable et 3ème révolution industrielle. Réflexions immobilières IEIF n°66, 4ème trimestre 2013.
[7] Voir l’impact important du niveau du Diagnostic de Performance Energétique (DPE) sur le prix des maisons individuelles dans des marchés du logement non tendus en France dans Valeur verte des logements d’après les bases notariales, Notaires de France, Dinamic, 2013.
[8] P. Quirion. L’effet net sur l’emploi de la transition énergétique en France : une analyse input-output du scénario négaWatt, CIRED, Nogent sur Marne, 2013.
[9] P. Murer. La transition énergétique, Editions Mille et une nuits, Paris, 2014.
[10] M. Aglietta, T. Brand, Un New Deal pour l’Europe, Odile Jacob, Paris, 2013, voir en particulier dans le chapitre conclusif, Le développement durable : nouvelle frontière de la croissance pour l’Europe. Les auteurs, économistes spécialistes de la monnaie et de la finance, font un lien explicite entre sortie de la crise financière et transition énergétique.

Editorial September 2013

THE ENERGY AND ENVIRONMENTAL TRANSITION IN FRANCE:

AMBITIOUS GOALS AND NECESSARY COMMITMENT OF COMPANIES, THE USERS AND LOCAL AUTHORITIES


The Environmental Conference, involving government, Parliament, local authorities, employers, trade unions and environmental organizations, which took place in Paris on 20 and 21 September 2013, specified the objectives and means of the French current environmental policy.

 A long-term vision


2050: a first objective had been defined in the energy law passed in 2005 : a reduction in greenhouse gas emissions in 2050 by 75% compared to 1990 (called « factor 4 » – i.e. division by 4 emissions of greenhouse gases). The President of the Republic defined a second objective : a decrease in final energy consumption in 2050 by 50 % compared to 2013, a new goal not shared by the French employers.


2030: a new goal, also set by the President of the Republic: a decrease of 30% compared to 2013 of energy consumption from fossil fuels.


2025: a reminder of the commitment made in 2012 by the President of the Republic, a decline in the share of nuclear energy from 75% to 50% in the production of electricity.


2020: a reminder of the objectives contained in the European context: a 20% reduction in greenhouse gas emissions, compared to 1990, over 20% energy efficiency compared to 2005, a portion equal to 23% of renewable energy in total energy consumption (compared to 9% today).

These are ambitious and proactive goals, breaking with current practices and behaviors.

Also worth noting, one highly expected by many economists measure: the creation in 2014 of a carbon tax reaching € 22 per ton of CO2 in 2016.

The issue of low energy new buildings is (almost) resolved


Real estate, which in France consumes 44% of energy, emits 23% CO2 and 18% of greenhouse gas emissions, is at the heart of the challenge of the energy and environmental transition.
Action on buildings is in the perspective of the sustainable city, with its three main dimensions: urban planning choices (fight against urban sprawl and soil sealing), energy efficient buildings (new and especially existing stock) and transformation of transportation modes.


The issue of energy efficiency of new construction is solved: the techniques exist with controlled costs. The French 2012 thermal regulation divided by 2 or 3, depending on the energy, consumption for five uses (heating, hot water, cooling, lighting, auxiliary equipment) compared to the 2005 regulations, without significantly increasing investment costs and with a substantial reduction in operating costs. The French 2012 thermal regulation is one of the most ambitious thermal regulations in the world.


In France, only one part of the individual house builders control inadequately the 2012 thermal regulation. And today hundreds of buildings are experimenting with the future 2020 regulation which will ensure that new buildings will produce almost as much energy as they consume.

An ambitious plan for the energy renovation of the building stock


But more than 90% of the building stock in 2020 and more than 2/ 3 of the stock in 2050 exist today. The big question is the massive energy renovation of existing buildings. The goal of the renovation of 500,000 units per year from 2017 (380,000 private dwellings and 120 000 social housing) will be difficult to achieve.


Significant resources are put in place : a decree imposing energy improvement of all private and public nonresidential buildings to be published in 2014, soft loans and tax exemptions for social housing and, for private housing, zero-interest loans and tax credits with no income limits, subsidies for the middle classes, strong support for low-income households, funding by local authorities, VAT to 5% for all work on thermal renovation, one planned guarantee fund avoiding work advance payment by households, businesses must be labeled to complete the work supported by the public authorities from July 2014, passport renewal for each building, 450 household information points distributed throughout the country, 2000 « ambassadors » for energy renovation …

It will soon be interesting to compare the effectiveness of the French method with its German counterpart, focused on the KfW public bank and the British Green Deal.


In France, three conditions seem essential to the success of such a plan: mobilizing professionals, the building users and local authorities.

The necessary transformation of professional skills


The construction sector is not ready to undertake such a thermal renovation scheme, especially among SMEs and craftsmen. These companies are usually specialized in one or two trades and do not have a comprehensive thermal vision of a house or apartment. At the end of 2012, of 337,000 building companies and craftsmen, only about 6,000 are eco-labeled.


The time spent negotiating with the household owning its house or condo makes its renovation unprofitable. The « business model » needs to be invented. But individual houses and apartments owned by households represent roughly 28 million homes on the existing portfolio of 33 million.
In the nonresidential sector, only the big business stock is managed professionally. Properties of the majority of the assets of central government, local authorities and SMEs are not professionally managed.


Improving the energy efficiency of a building involves the simultaneous management of renovation work, a better control of the operation and negotiation leading to a change in the user behavior. Only a minority of professionals master today the three dimensions of the energy efficiency of a building. This is why the public owners of the property (state, local) have so far blocked the publication of the decree mandating improved energy efficiency in the service sector.

 
Mobilization, improving skills and professionalization of the real estate and construction players, especially through the “Plan Bâtiment Durable” (Sustainable Building Plan), is the first condition of success.

The essential role of the occupants and local authorities


The second condition is the mobilization of the users. These are the building occupants that give the actual energy consumption. In both tertiary and more in residential sector, the occupants choose the indoor temperature, use office equipment and household appliances, have some ventilation practices, more or less master the equipment in the building (heating, air conditioning, hot water, shutters … ). Their role is central.


Finally, property and construction actors are highly differentiated. Moreover, real estate is closely articulated to urban planning and transport. It serves no purpose to live in a zero energy home if the inhabitants have to drive 20 miles every day to get there. Mobilization of territories, especially the regions and cities, is strategic. It is at these levels that are articulated urban planning, real estate and transport and where SMEs and craftsmen, who represent the majority of professionals, act.

jean.carassus@immobilierdurable.eu

Editorial Septembre 2013

LA TRANSITION ENERGETIQUE ET ECOLOGIQUE EN FRANCE:

OBJECTIFS AMBITIEUX ET NECESSAIRE MOBILISATION DES PROFESSIONNELS, DES OCCUPANTS ET DES COLLECTIVITES LOCALES

La Conférence Environnementale, mobilisant Etat, Parlement, collectivités territoriales, patronat, syndicats et organisations environnementales, qui s’est déroulée à Paris les 20 et 21 septembre 2013, a précisé les objectifs et plusieurs des moyens de la politique environnementale actuelle française.

Une vision à long terme

2050 : un premier objectif avait été défini dans la loi de programmation de l’énergie votée en 2005 : la baisse des émissions de gaz à effet de serre de 75% d’ici 2050, comparées à 1990 (dénommé « facteur 4 » – division par 4 des émissions de gaz à effet de serre -). Le Président de la République a fixé un deuxième objectif pour 2050 : la baisse de la consommation d’énergie finale de 50% par rapport à 2013,  nouvel objectif non partagé par le patronat français.

2030 : nouvel objectif, également fixé par le Président de la République, d’une baisse de 30%, par rapport à 2013, de la consommation énergétique d’origine fossile.

2025 : rappel de l’engagement, pris en 2012 par le Président de la République, d’une baisse de la part de l’énergie nucléaire de 75 % à 50 % dans la production de l’électricité.

2020 : rappel des objectifs pris dans le cadre européen : moins 20% d’émissions de gaz à effet de serre, comparées à 1990, plus 20 % d’efficacité énergétique comparée à 2005, une part des énergies renouvelables égales à 23 % de la consommation totale d’énergie (contre 9 % aujourd’hui).

Il s’agit d’objectifs ambitieux et volontaristes, en rupture avec les pratiques et comportements actuels.

Notons également une mesure très attendue par de nombreux économistes : la création en 2014 d’une taxe carbone devant atteindre 22 € la tonne d’équivalent CO2 en 2016.

 La question de la construction neuve à basse consommation d’énergie est (quasiment) résolue

L’immobilier, qui en France consomme 44 % de l’énergie, émet 23 % du CO2 et 18 % des gaz à effet de serre, est au cœur du défi de la transition énergétique et écologique.

L’action sur l’immobilier s’inscrit dans la perspective de la ville durable, avec ses trois grandes dimensions : les choix d’aménagement urbain (lutte contre l’étalement urbain et l’artificialisation des sols), l’efficacité énergétique de l’immobilier (neuf et surtout existant) et la transformation des modes de transport.

La question de l’efficacité énergétique de l’immobilier neuf est résolue : les techniques existent à coût maîtrisé. La réglementation thermique 2012 divise par 2 ou 3, selon l’énergie, les consommations pour 5 usages (chauffage, eau chaude, refroidissement, éclairage, auxiliaires) par rapport à la réglementation 2005, sans augmentation significative des coûts d’investissement et avec une baisse importante des coûts d’exploitation. La RT 2012 française est l’une des plus ambitieuses réglementations thermiques de la planète.

En France, seul le secteur de la maison individuelle au coup par coup maîtrise insuffisamment la RT 2012. Et dès aujourd’hui des centaines d’opérations expérimentent la réglementation 2020 qui fera en sorte que l’immeuble neuf produira pratiquement autant d’énergie qu’il en consomme.

 Un plan d’action ambitieux pour la rénovation énergétique du parc existant

Mais plus de 90 % du parc immobilier de 2020 et plus des 2/3 du parc immobilier de 2050 existent  aujourd’hui. La grande question est la rénovation énergétique de masse des bâtiments existants. L’objectif de la rénovation de 500 000 logements par an à partir de 2017 (380 000 logements privés et 120 000 logements sociaux) sera difficile à atteindre.

Des moyens non négligeables se mettent en place : décret imposant l’amélioration énergétique de tous les immeubles tertiaires privés et publics devant être publié en 2014, prêts à taux privilégié et exonérations fiscales pour les logements sociaux, et pour les logements privés, prêts à taux zéro et crédits d’impôt sans plafond de ressources, subventions pour les couches moyennes, fortes aides pour les ménages modestes, aides des collectivités territoriales, TVA limitée à 5 % pour tous les travaux de rénovation thermique, projet de fonds de garantie des travaux évitant l’avance de paiement par les ménages, nécessité pour les entreprises d’être labellisées pour réaliser les travaux aidés par la puissance publique à partir de juillet 2014, passeport rénovation pour chaque bâtiment, 450 points d’information des ménages répartis sur tout le territoire, 2 000 « ambassadeurs » de la rénovation énergétique…

Il sera prochainement intéressant de comparer l’efficacité du dispositif français avec son équivalent allemand, centré sur la banque publique KfW, et le « Green Deal » britannique.

En France, trois conditions nous semblent indispensables pour la réussite d’un tel plan : la mobilisation des professionnels, celle des occupants des immeubles et celle des territoires.

 La nécessaire transformation des compétences des professionnels

Les professionnels de l’immobilier et de la construction ne sont pas prêts à assumer un tel plan de rénovation thermique de masse, en particulier chez les PME et les artisans. Ces entreprises sont le plus souvent spécialisées dans un ou deux corps d’état et n’ont pas la vision thermique d’ensemble d’une maison ou d’un appartement. Fin 2012, sur 337 000 entreprises et artisans du bâtiment, environ 6 000 seulement sont labellisées « Reconnues Grenelle de l’Environnement ».

Le temps passé à négocier avec le ménage propriétaire de sa maison ou de son appartement en copropriété rend l’opération de rénovation non rentable pour le professionnel. Le « business model » reste à inventer. Or les maisons individuelles et les appartements possédés par les particuliers représentent environ 28 millions de logements sur les 33 millions du parc existant.

Dans le secteur tertiaire, seul l’immobilier des grandes entreprises est géré professionnellement. Les immeubles tertiaires de la majorité du patrimoine de l’Etat, des collectivités territoriales et des PME ne sont pas gérés professionnellement.

L’amélioration de l’efficacité énergétique d’un immeuble passe par la maîtrise simultanée de travaux sur le bâti, d’un meilleur pilotage de l’exploitation et d’une négociation aboutissant à une évolution du comportement des utilisateurs. Seule une minorité de professionnels maîtrise aujourd’hui les trois dimensions de l’efficacité énergétique d’un immeuble. C’est la raison pour laquelle les propriétaires publics de l’immobilier (Etat, collectivités locales) ont jusqu’à maintenant bloqué la publication du décret rendant obligatoire l’amélioration de l’efficacité énergétique des immeubles tertiaires.

La mobilisation, la transformation des compétences et la professionnalisation des acteurs de l’immobilier et du bâtiment, en particulier dans le cadre du Plan Bâtiment Durable, est la première condition du succès.

Le rôle essentiel des occupants et des collectivités territoriales

La seconde condition est la mobilisation des occupants. Ce sont les occupants des immeubles qui déterminent la consommation réelle d’énergie. Tant dans le tertiaire et plus encore dans le résidentiel, les occupants choisissent la température intérieure, disposent d’un équipement bureautique et électro-ménager, ont certaines pratiques d’aération, maîtrisent plus ou moins bien les équipements de l’immeuble (chauffage, climatisation, eau chaude, volets…). Leur rôle est central dans le dispositif.

Enfin, les acteurs de l’immobilier et du bâtiment sont extrêmement différenciés. De plus l’immobilier est étroitement articulé à l’urbanisme et aux transports. Il ne sert à rien d’habiter une maison à énergie positive s’il faut faire chaque jour 20 km en voiture pour y accéder. La mobilisation des territoires, en particulier au niveau des régions et des agglomérations, est stratégique. C’est à ces niveaux que s’articulent urbanisme, immobilier et transports et que se mobilisent les PME et les artisans qui représentent l’essentiel des professionnels concernés.

jean.carassus@immobilierdurable.eu

Suite logement BBC

LOGEMENT BBC : LES CONSOMMATIONS REELLES, LE VECU DES HABITANTS, LES COUTS

Les premiers résultats de « Vivre dans un logement BBC », une étude commanditée par le certificateur CERQUAL, ont été rendus publics.

Cette étude, à caractère qualitatif, analyse en détail six résidences certifiées « Bâtiment Basse Consommation Effinergie® » habitées depuis au moins deux ans.

Elle adopte une approche socio-éco-technique et vise à répondre à trois questions :

  Quelles sont les consommations réelles des logements comparées aux consommations conventionnelles définies par le label? Comment expliquer les écarts ?

– Quel est le vécu des occupants? Quelles convergence ou divergences existe-t-il entre leur vécu et le confort mesuré?

– Quels sont les coûts d’utilisation de l’énergie pour les occupants et les coûts d’investissement et de maintenance?

Elle est réalisée par une équipe composée de Jean Carassus, économiste, Ecole des Ponts ParisTech (coordinateur), Chantal Laumonier, sociologue, Bernard Sésolis, directeur, Damien Janvier, Rémi Wrona, ingénieurs, Tribu Energie.

Ses premiers résultats sont encourageants. Les consommations réelles peuvent être au-dessus du conventionnel mais aussi au dessous. Les résultats sont différents selon l’indicateur utilisé: kWhep/m²/an ou kWhep/personne/an.

Les consommations dépendent fortement de l’occupation et du comportement des ménages.

L’étude met en évidence le processus d’apprentissage en cours des professionnels mais aussi la sous-estimation par ces derniers de l’information et de l’apprentissage des occupants.

Le rapport final sera rendu public début 2013.

Télécharger le résumé des premiers résultats

Editorial Septembre 2012

DU GRENELLE DE L’ENVIRONNEMENT A LA TRANSITION ECOLOGIQUE ET ENERGETIQUE

Organisée après les élections présidentielles de 2007, la concertation du Grenelle de l’Environnement entre l’Etat, le patronat, les syndicats, les collectivités territoriales et les associations environnementales a permis à la France de rattraper son retard vis-à-vis des pays les plus avancés dans les domaines du changement climatique, de la biodiversité et des risques environnementaux et sanitaires. Les lois Grenelle 1 et 2 de 2009 et 2010 ont fondé la nouvelle politique du pays qui s’est traduit par des avancées dans les trois domaines.

Quelle est la situation après les élections présidentielles de 2012 et le changement d’orientation politique du pays ? La Conférence Environnementale des 14 et 15 septembre 2012 qui rassemblait les mêmes partenaires que ceux du Grenelle de l’Environnement, plus des représentants du Parlement, donne des premiers éléments de réponse.

Dans la Conférence, qui s’appuyait sur un bilan chiffré très intéressant du Grenelle de l’Environnement (le rapport de l’inspecteur des finances Thierry Wahl), la crise écologique a été présentée non pas comme un phénomène en soi mais comme une des dimensions de la grande crise qui secoue la planète depuis 2007, qui selon nous a la même gravité que la crise de 1929. La stratégie de sortie de crise a donc non seulement des dimensions financière, économique et sociale mais aussi une dimension écologique, et cette stratégie devrait faire référence à un nouveau modèle de développement.

La Conférence Environnementale de septembre 2012 s’inscrit dans ce qui est appelé la « transition écologique et énergétique » du pays. Il conviendrait de préciser la transition vers quoi ? Vers quel nouveau modèle de développement ? Les Suisses ont défini une vision avec le concept passionnant de la « Société à 2000 Watts », qui a fait l’objet de votes de la population dans plusieurs cantons. Quelle est la vision française ?

Certes la tâche est difficile, car contrairement à certains qui défendent une conception harmonieuse et naturelle du développement durable, nous pensons au contraire que la définition du nouveau modèle de développement va faire l’objet de débats très tendus, fondés sur des rapports de force aux enjeux technico-financiers considérables. Mais la définition d’une vision à moyen terme est incontournable. Les réflexions du groupe de travail du Plan Bâtiment sur la Réglementation Bâtiment Responsable 2020, dont nous faisons partie, suggérant des éléments d’une « société sobre et décarbonée, désirable et durable« , sont versées au débat.

La Conférence Environnementale a abordé cinq domaines d’action.

Le premier domaine est la transition énergétique qui s’inscrit dans la perspective de diminuer la part de l’énergie nucléaire dans la production de l’électricité de 75% à 50% d’ici 2025, mais aussi par le symbole de la fermeture de la centrale de Fessenheim en 2016 et le refus de l’exploitation des gaz de schiste, à cause des conséquences environnementales de la technique de fracturation hydraulique.

La transition s’inscrit dans la proposition française que l’Europe s’engage, après l’objectif de moins 20% de gaz à effet de serre en 2020, comparé à 1990, sur des objectifs de moins 40% en 2030 et moins de 60% en 2040.

Le second domaine d’action est celui d’une politique ambitieuse en matière de biodiversité, avec notamment la création d’une agence nationale de la biodiversité, sur le modèle éprouvé de l’ADEME pour l’énergie.

Le troisième domaine est la prévention des risques sanitaires et environnementaux. Les conséquences sanitaires de la dégradation de l’environnement commencent à être mieux connues et doivent être mieux combattues.

Le quatrième domaine d’action concerne la question essentielle du financement et de la fiscalité écologique, l’envoi d’un signal prix significatif par l’augmentation des taxes environnementales est prévu.

Le cinquième thème est celui de la gouvernance environnementale, dans le cadre d’un rôle renforcé des régions.

L’ensemble débouche sur une feuille de route pour la transition écologique .

La Conférence Environnementale se réunira chaque année pour mesurer le chemin réel parcouru et donner les inflexions et impulsions nécessaires.

L’immobilier et le bâtiment sont concernés par les 5 thèmes de la conférence, mais pour le secteur, la mesure phare de la Conférence a été l’annonce de la mise aux normes énergétiques d’un million de logements par an, 500 000 logements neufs basse consommation d’énergie et 500 000 logements rénovés sur le plan énergétique. L’objectif est particulièrement ambitieux.

Les deux principaux obstacles à l’atteinte de tels objectifs sont d’une part le financement et d’autre part les compétences des acteurs de la filière bâtiment.

Dans la construction neuve, les acteurs de l’immobilier et du bâtiment ont montré leur capacité à appliquer rapidement, à grande échelle et à coûts maîtrisés, le label « Bâtiment Basse Consommation Effinergie® », qui anticipe la réglementation 2012 divisant par trois la consommation moyenne d’un bâtiment en comparaison avec la réglementation 2005. C’est une performance étonnante que peu de personnes imaginaient possible il y a 5 ans.

Mais pour la rénovation du parc existant, à supposer que le financement soit trouvé, les acteurs du bâtiment ne sont pas prêts à la date d’aujourd’hui. Le nombre de professionnels formés dans des qualifications comme « Eco Artisans » promue par la CAPEB ou « Les professionnels de la performance énergétique » développée par la FFB est très faible. Un moyen efficace de faire progresser fortement ce nombre serait de réserver les financements aidés à ces professionnels qualifiés.

Passer d’une obligation de moyens à une obligation de résultats, avoir une vision d’ensemble de la thermique d’un logement, se préoccuper non seulement des travaux mais aussi de l’exploitation après rénovation, mettre l’utilisateur au centre car c’est de lui que les consommations réelles dépendent, voici les grands défis des acteurs du bâtiment dans les mois qui viennent pour la rénovation du parc de logements. Des enjeux similaires concernent le parc tertiaire, privé et public. La sortie du décret sur les travaux dans le secteur tertiaire est vivement espérée.

Il y a nécessité d’un Plan Bâtiment ambitieux, et il est bon que Philippe Pelletier ait été reconduit comme président du Plan Bâtiment Durable qui prend la suite du Plan Bâtiment Grenelle. Ce plan sera conduit en partenariat étroit avec les collectivités territoriales, en particulier les régions, comme l’indique la lettre de mission de Philippe Pelletier signée par la ministre de l’Egalité des territoires et du logement et la ministre de l’Ecologie, du développement durable et de l’énergie.

jean.carassus@immobilierdurable.eu